L'interview de Dominique (partie 3 - fin)

Rédigé par Claude | Classé dans : Le club

10
05 | 20

Le LOCH organise 2 à 3 entrainements par semaine (le mardi pour les moyens, le jeudi sur demande, le vendredi pour les plus jeunes) et parfois un 4ème le dimanche en période de préparation à des compétitions.

Plusieurs souvenirs au sein de ce club sont marquants pour moi, comme le 1er titre de champion de France FFL, les 2 places d’honneur internationales en Estonie et en Finlande et enfin ma participation personnelle aux Championnats du Monde vétéran. Il y a également plusieurs lutteurs que j’ai entrainé et qui ont énormément marqué mes esprits au sein de ce club, comme Jérémy G, Nicolas T, Léandro G et Florian G, Quentin E, Julien G, Charlotte J, ...

En vérité mon rêve en tant que président-entraîneur était de participer à un Championnat de France par équipe. Mais voir le club représenté sur des weekend associatif me rend également très heureux.

La lutte reste avant tout un sport de combat dans lequel il faut être motivé et pour cela il faut que la lutte vous plaise. Pour les intéressés hésitants souhaitant s’inscrire au club, sachez qu’il y a 2 entraînements gratuits avant l’inscription, pour la découverte de la lutte. Le club se fait en effet une joie d’accueillir tout le monde, de 4 ans à vétéran, filles ou garçons et ce peu importe leur catégorie de poids car au LOCH pas question d’être sujet à des discriminations : le club se veut être une grande famille, de plus ou moins jeunes sportifs motivés et animés par l’idée d’atteindre les objectifs qu’ils se sont fixés. D’ailleurs nous recherchons vraiment plusieurs lutteurs motivés à venir découvrir la lutte et progresser au LOCH.

Je rêve de voir le club vivre encore le plus longtemps possible même après mon départ, mais pour cela il nous faut encore recruter des entraîneurs bénévoles, former des arbitres au cours de stages d’arbitrages.

Bien entendu, le club ne serait pas ce qu’il est aujourd’hui et n’aurait pas pu organiser des évènements incroyables comme les championnats de France FSGT à Offendorf sans les volontaires et les bénévoles.

Article rédigé par Timothée HERT, lutteur pendant 5 ans au Lutte Olympique Club Herrlisheim

Novembre 2019


Mots clés : aucun aucun commentaire

L'interview de Dominique (partie 2 - suite)

Rédigé par Claude | Classé dans : Le club

23
04 | 20

Mon club se veut avant tout être un club formateur, cependant durant ses 20 ans d’existence, le LOCH à tout de même connu une bonne trentaine de champions masculins et féminins, de toute catégories et de tous âges. On compte donc un paquet de champions d’Alsace dans les 2 fédérations (FFL et FSGT), des places d’honneurs également, ainsi que plusieurs titres de champion de France FSGT et 1 titre de champion de France FFL. On compte une médaille de Bronze en Sénior aux championnats d’Europe CSIT en Finlande et une de bronze en Estonie aux Championnats du Monde CSIT. Le club compte énormément de tournois en France (Créteil, Troyes, Dreux, ...) mais également beaucoup de tournois à l’étranger : en Suisse (Autun, Lausanne), en Allemagne (Renchen, Urloffen, ...), en Italie (Bellagio, Mosaica, Bergamo, ...) et aussi des tournois internationaux : en Finlande pour les championnats d’Europe et en Estonie pour les Championnats du Monde. Actuellement le club recherche aussi des lutteuses pour participer aux Jeux Olympiques.

A l’occasion du grand nombre de kilomètres effectués pour les tournois internationaux et à l’étranger, nous visitons toujours une ville la veille du tournoi et nous dormions sur place : tout cela bien sûr aux frais du club. Par exemple nous avons déjà visité à ces occasions : Brescia (Italie), Bergamo (Italie), Venise (Italie), Paris, Tallinn (Estonie), Helsinki (Finlande), ...

Un sport de combat comme la lutte transmet plusieurs valeurs et notamment le respect, envers son adversaire : même si on perd il faut serrer la main à l’adversaire, et envers l’arbitre. La lutte permet de développer souplesse et agilité, et possède également 2 règles dites « Règles d’Or » qu’il FAUT respecter et qui stipulent que :

  1. Il ne faut pas faire mal

  2. Il ne faut pas se faire mal

Mots clés : aucun aucun commentaire

L'interview de Dominique (partie 1)

Rédigé par Claude | Classé dans : Le club

02
04 | 20

Interview de Dominique GENCO, président entraîneur et fondateur du Lutte Olympique Club de Herrlisheim.

« J’ai commencé la lutte à 12 ans par le biais d’un copain dans les années 1973, et depuis je me donne à fond dedans. C’est également en 1973 que je reçois la plus belle des récompenses, celle qui m’a motivé à aller en chercher le plus possible : la remise des récompenses attribuée par la commune de Schiltigheim. Depuis que j’ai débuté la lutte je me suis laissé guider par l’image que donnait Diego LO BRUTTO de mon sport, notamment car ce dernier est allé au Jeux Olympiques. Pour dire vrai, je crois bien qu’il m’a fait adorer la lutte encore plus que je ne l’aimais déjà et je me suis mis en tête d’un jour réussir à faire ce que lui faisait. La lutte n’était à la base qu’un hobby pour moi, et grâce cet idole cela s’est vite transformé en réelle passion, dans laquelle je me donnais à fond et me mettais en quête du plus de médailles possibles : une sorte de course aux titres.

Je suis alors devenu plusieurs fois champion d’alsace, 2 fois champion d’Allemagne par équipes avec Schiltigheim ; mon premier club où j’ai beaucoup changé d’entraineurs ; ensuite j’ai fait champion de France FSGT dans les années 80, et 2ème champion d’Europe Sénior en 1982 à Rimini (Italie) en CSIT (fédération FSGT internationale). Ensuite j’ai été emprunté de Schiltigheim par Sélestat pour un Championnat de France par équipes, puis emprunté par Gries pour le Championnat d’Allemagne et enfin par Hœnheim pour le Championnat de France 2ème Division. Après ça, de 1985 à 1989, j’ai muté au club de Gries, puis à celui de l’SAOS Robertsau, où j’ai entrainé pendant 3ans ; et c’est en 2000 que j’ai participé aux Championnats du Monde Vétéran et où j’ai terminé avec une superbe 7ème place.

C’est alors durant la saison 1997 que j’en ai eu assez et que je me suis dit que j’allais poser mes valises à Herrlisheim et enfin ouvrir mon propre club de lutte. En effet à Herrlisheim, les sports de combat ne se pratiquaient que dans un club de karaté et un club de judo. J’ai alors fait une demande à la mairie pour ouvrir un club de lutte, et la mairie a accueilli ce projet à bras ouverts tout de suite. J’ai en effet eu la chance d’être immédiatement accepté par Louis BECKER.

Au début, le Club de Lutte Olympique Herrlisheim (LOCH) comptait 28 licenciés, et le record jamais atteint par notre club est de 78 licenciés. En moyenne aujourd’hui le club possède de nouveau environ 28 licenciés, cependant je ne cherche à avoir la quantité dans mon club, je cherche à avoir la qualité. Ce n’est pas la peine d’avoir pleins de lutteurs si on ne peut pas tous les faire progresser correctement et en faire tous des grands champions. Il faut donc avoir un nombre d’entraineurs et d’animateurs en conséquence : nous comptons donc au LOCH 1 entraineur (moi-même), 2 animateurs et 2 aides animateurs diplômés.

Mots clés : aucun aucun commentaire

Sportifs mériants : les photos

Rédigé par Claude | Classé dans : Le club

28
03 | 15

Petit rappel : 11 sportifs ont été récompensés lors de la cérémonie du 3 juin 2014. Le détail des photos est dans l'espace membres.

Mots clés : aucun aucun commentaire

Passage de grades

Rédigé par Claude | Classé dans : Le club

25
03 | 15

Avec un peu de retard, voilà publiées dans l'espace photo réservé aux membres les photos du passage de grades qui s'est déroulé fin mai 2014. Ces photos sont magnifiques et nous les devons à Serge, le papa de Vaïtia.

Mots clés : aucun aucun commentaire

page 1 sur 5suivante»